14/12/2010

Double persécution et double peine

Un chrétien homosexuel et vice-versa est victime des attques des homosexuels en tant que chrétien et victime des attaques des chrétiens en tant qu'homosexuel.

La double peine, c'est qu'on ne chosit pas d'être homosexuel, on ne choisit pas de ne pouvoir se marier et de ne pas pouvoir avoir des enfants, et en plus on nous tape dessus de tous les côtés.

Et comme si ce n'était pas suffisant, en plus de la clandestinité à laquelle le contraint l'Eglise, il n'y a pratiquement ni liberté ni droit. Ostracisé dernièrement par Benoît XVI en personne, il se verra refuser l'ordination à laquelle pourtant Dieu l'appelle peut-être.

Voilà pourquoi beaucoup d'homosexuels sont victimes jusqu'à la mort:

- tués directement par des homophobes, que ce soit sous couvert religieux, institutionnellement ou individuellement

- tués indirectement par l'Eglise et les autres religions qui incitent à la haine envers les homosexuels, et même à leur destruction physique

- tués par eux-mêmes, parce que là où ils devraient être accueillis le mieux, ils sont culpabilisés et exclus, par notre Eglise

Où est l'amour du prochain dans cela?

ahe1

23:37 Écrit par Beno | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

hélas,c'est pêche que d'être homosexuel

Écrit par : line-Marie Fortier | 09/02/2011

Non, ce n'est pas péché d'ETRE quoi que ce soit, ni d'être tenté à cause de nos faiblesses, nos infirmités ou le péché de nos pères ou de notre environnement.
Le péché commence lorsque l'on consent en actes à revendiquer une blessure de notre identité profonde (non voulue par Dieu mais objet de compassion et pour quelques uns qui osent y croire lieu de sanctification héroïque) comme équivalent à la norme.

Difficile je reconnais de naviquer à contre-courant dans l'air du temps qui nous présente sans cesse l'exercice de la sexualité et la recherche du plaisir associé comme un dû pour l'individu -alors que c'est dans le plan de Dieu toujours un don et le fruit d'une communion dans l'altérité.

Mais enfin, beaucoup de chrétiens renoncent librement à la jouissance sexuelle par amour pour Dieu, pour témoigner du fait que l'on peut être comblé autrement et plus profondément. D'autres ne l'ont pas vraiment choisi (comme ceux qui, abandonnés par leur conjoint, font le choix de rester fidèle au sacrement du mariage pour pouvoir communier) mais y avancent pas à pas soutenus chaque jour par la grâce. L'important est de croire assez pour que le coeur nous dise "Rien n'est impossible à Dieu", ni à ceux qui l'aiment.

J'ai regardé votre blog avec intérêt, merci!

Écrit par : Marie-Reine | 29/04/2011

Les commentaires sont fermés.