09/11/2010

Pourqoui tant de chrétiens innocents massacrés?

 

« Pourquoi tant de sang chrétien versé ?  Pourquoi tant de chrétiens innocents massacrés ? Laissons l’Irak vivre en paix « . Les mots sont tracés à la main sur une toile posée en évidence devant l’autel de l’église parisienne Notre-Dame de Chaldée, où une messe spéciale a été célébrée, ce dimanche, en hommage aux 50 chrétiens décédés dans l’attentat de l’église Notre-Dame du Salut, à Bagdad, le dimanche 31 octobre.

Discrètement logée dans un immeuble du 18e arrondissement, Notre-Dame de Chaldée est pleine à craquer. Serrés les uns contre les autres, des femmes recouvertes d’un voile de prière et des pères de famille endimanchés écoutent le prêtre, Monseigneur Petrus Yousif, « célébrer les martyrs de Jésus » et remercier « leur pays d’adoption », la France, « d’accueillir les blessés et leur famille ». Mais lorsqu’il entame en araméen la prière pour les défunts, l’assemblée, qui réunit en cette occasion chaldéens, catholiques qui suivent le rite oriental, et autres chrétiens, s’effondre en larmes.  

Myriam a le regard hagard. Ses yeux bleus transparents sont rougis par les larmes. Les mains crispées, elle tord son mouchoir avant de fondre à nouveau dans des sanglots incontrôlables. Le mari de sa sœur a été tué à Bagdad lors du dimanche sanglant.

« Mon beau-frère était orthodoxe, il n’était pas un habitué de l’église. Mais en rentrant chez lui, il a décidé de s’y arrêter pour prier. Il a appelé ma sœur Pascale pour lui dire qu’il rentrerait juste après la messe. Il n’est jamais revenu », raconte-t-elle émue après la messe.

Myriam n’a désormais qu’un souhait : que sa sœur, à présent veuve avec deux enfants à charge, la rejoigne à Paris. Cela fait déjà deux ans qu’elle-même a quitté l’Irak, avec son mari et ses deux enfants. Après avoir subi multiples intimidations, elle n’a pas eu d’autres choix que le départ.

« Mon fils aîné avait reçu des menaces, se souvient-elle. Un jour, alors qu’il sortait de l’école, trois garçons en voiture l’ont suivi, l’ont frappé au visage et l’ont menacé de mort parce qu’il était chrétien. Sans parler de mon mari qui a vu un collègue, chrétien également, se faire enlever dans sa boutique par deux hommes armés qui l’ont mis dans un coffre. Il n’est jamais réapparu. »

Ayant obtenu le statut de réfugiés politiques, Myriam et sa famille sont pour l’instant pris en charge par les centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA). Hébergés dans un foyer à Evry, il leur reste encore un an avant de devoir trouver leur propre appartement. Sans emploi et ne parlant pas français, la tâche s’avère ardue. Pourtant, malgré les difficultés d’intégration, il est inenvisageable pour eux de retourner en Irak. »

00:32 Écrit par Beno | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/11/2010

Benoit XVI

Aurons-nous un jour un pape qui arrêtera de se tromper de cible, qui comprendra qu'aucun discours n'empêchera les caprices de la nature rendant un pourcentage d'homosexuels constants dans toutes les civilisation et à toutes les époques?

Aurons-nous un jour un pape qui au lieu de culpabiliser les homosexuels, les acceptera tels qu'ils sont, comme j'ose espérer que notre Seigneur nous accepte?

 

01:58 Écrit par Beno | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/11/2010

Appel à nos frères de France

ImageShack, share photos, pictures, free image hosting, free video hosting, image hosting, video hosting, photo image hosting site, video hosting site

 

Dans un texte intitulé "Appel à nos frères de France", les évêques d'Irak témoignent de leur foi et de leur espérance, suite à l'attentat dans une église de Bagdad, le 31 octobre 2010. "Restez avec nous" demandent-ils.

Notre Calvaire est lourd et il nous paraît long.
Le carnage qui a eu lieu à la cathédrale Notre Dame du Perpétuel Secours de Bagdad, avec 58 morts, parmi lesquels deux jeunes prêtres et 67 blessés dont un prêtre, nous a profondément secoués.
Nous perdons la patience, mais nous ne perdons pas la foi et l'espérance.
Cet événement d'une telle ampleur qui se produit juste après la tenue du Synode nous choque encore plus.
Ce dont nous avons besoin c'est de votre prière et de votre soutien fraternel et moral.
Votre amitié nous encourage à rester sur notre terre, à persévérer et à espérer.

Sans cela nous nous sentons seuls et isolés.

Nous avons besoin de votre compassion face à tout ce qui vient toucher la vie des innocents, chrétiens et musulmans.
Restez avec nous, restez avec nous jusqu'à ce que soit passé le fléau.

Que le Seigneur nous protège tous.

Le 2 novembre 2010

 

Mgr Athanase Matti MATOKA, archevêque de Bagdad des Syriens

Mgr Louis SAKO, archevêque de Kirkouk des Chaldéens

Mgr Emil NONA, archevêque de Mossoul des Chaldéens

Mgr Basile Geoges CASMOUSSA, arxchevêque de Mossoul des Syriens

Mgr Bashar WARDA, archevêque d'Erbil des Chaldéens

01:58 Écrit par Beno | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2010

Carcassonne=Bagdad?

 

150 fidèles qui assistaient à l'office à la mémoire des défunts, mardi en fin d'après-midi dans une église d'un quartier sensible de Carcassonne, ont été victimes de deux adolescents qui, après être entrés dans l'édifice consacré, leur ont lancé des pierres et des pommes de pins. Une personne a été touchée. Par ailleurs, une  statue de la Vierge, cible des jeunes profanateurs, a été endommagée.

Deux membres de l'assistance, qui avaient quitté l'office pour faire évacuer les deux jeunes intrus, les ont vainement poursuivis. Ces derniers se sont fondus dans le quartier, après avoir copieusement injurié leurs poursuivants. Le curé Bruno Garrouste a décrit des jeunes de 13/14 ans lançant des projectiles de

la taille d'un poing. Il a déposé plainte au commissariat.

Le procureur de Carcassonne Francis Battut a ordonné une enquête pour identifier les adolescents. "On prend cela très au sérieux", a-t-il dit. Les faits datent de mardi mais n'ont été divulgués que jeudi. On ignore les motivations de ces jeunes. Abdallah Zekri, délégué régional du conseil français du culte musulman, a condamné une "attitude de voyous". La profanation de l'église Saint-Jacques et le caillassage des fidèles, en plein office - une première, dans un quartier pourtant difficile - ont suscité un gros émoi au sein de la communauté chrétienne.

Plus d'informations demain dans votre édition locale de Midi Libre.

Des fidèles victimes de jets de pierres dans une église de Carcassonne

00:22 Écrit par Beno | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |