23/05/2009

Bric à brac ou un peu de tout

Actuellement moins disponible sur internet comme vous l’avez remarqué, j’étale donc ici quelques éléments pas forcément liés entre eux logiquement. J’ai néanmoins publié la plupart des commentaires, même agressifs, chacun étant face à sa conscience.Veuillez m’excuser pour le retard de publication et au besoin vérifiez que je vous ai publiés.

Cette absence m’a permis de prendre un peu de recul. Il faut prendre du temps dans la vraie vie avec des vraies personnes, mais puisque le pape demande notamment aux jeunes d’exprimer leur foi sur internet, pourquoi n’exposerai-je pas encore et toujours , sans revendication autre que d’être considéré comme une personne telle que je suis par cette Eglise qui prétends aimer mais qui passe son temps à exclure, à se couper des réalités humaines et donc le but semble vraiment  de déchristianiser la planète et de décourager les bonnes gens.

J’en ai marre de cette Eglise qui ne fait pas de places aux homosexuels, qui ne reconnaît pas l’homosexualité autrement que comme une déviance de l’hétérosexualité. Est-ce donc si important ? Qu’est-ce que ça peut leur foutre à tous, à tous ces homophobes de la terre pour qu’ils nous haïssent tous au point de ne pas pas nous reconnaître (homophobie soft comme chez les chrétiens) ou au point de nous assassiner (homophobie hard comme dans l’Islam) ? A qui faisons-nous du mal en aimant ? Et ceux là mangent quotidiennement des holocaustes d’animaux assassinés alors que Dieu les aime vivants, comme il nous aimes vivants.

J’en ai marre aussi des moralisateurs et autres donneurs de leçons, présents aussi chez les chrétiens gays. Je rappelle que nous sommes tous différents et que quiconque cherche à réduire l’autre en général et Benoît en particulier à sa propre pensée ne satisfait que lui-même et se leurre.

J’en ai marre aussi de l’attitude qui consiste à vouloir emprisonner Dieu dans sa propre logique lui déniant sa liberté souveraine,  marre des esprits forts (eux seuls le croient), des mariaphobes etc…

 

De l’Ascension hier , je voudrais partager 2 choses qui m’ont marqué.

La 1ère : j’ai assisté à la messe comme un étranger, une sorte de résistant de l’intérieur qui ne doit pas être découvert, qui n’en a même plus envie : que les homophobes chrétiens aillent et vivent selon leurs vues, c’est dommage pour eux. Mais au moment de la quête, j’avais sagement préparé ma pièce (même si je n’ai plus donné au denier du culte, je veux que l’Eglise vive), et allez savoir pourquoi, la fille qui faisait la quête n’est pas venue près de moi !!!! Je n’ai pas compris… Mais j’ai agi. Moi qui suis par nature méfiant des mendiants, particulièrement nombreux dans cette ville, et qui n’ai pas forcément envie de donner pour des raisons de ma propre conscience, j’ai finalement donné ma monnaie à ceux qui faisaient la manche devant l’Eglise ! Solidarité divine entre exclus ? Peut-être…

La 2ème : depuis la veille je ne me sentais pas bien, d’un façon dont ça ne m’est jamais arrivé de la vie. Etait-ce la fatigue ? Je me sentais très mal, comme planant, comme drogué ou saoul c’est difficile à décrire. Incapable de faire des choses, mon cerveau s’était comme mis en veille, je ne sais pas définir. Pendant la messe, la liturgie était  artistiquement nulle (2000 pour en arriver à la médiocratie c’est triste)  seul le prêtre était intéressant.  J’avais sommeil, un sommeil de plomb. Or après la messe, je me suis senti redevenir « moi », et aujourd’hui être « normal ». Que s’est-il passé ? De quoi la Communion m’a-t-elle guéri ? Ces derniers jours j’ai porté des choses très fortes dans la prière, j’ai fait des cauchemars qui m’ont épuisé. Nous ne savons pas tout ce qui se passe dans le monde invisible, loin de là.

« Qu’est ce que  l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme que tu en prennes souci ? »

Quand je suis nu, je prends conscience de ma fragilité. Nu je ne suis rien et pourtant c’est moi. Ce pauvre corps, parfois affreusement meurtri pour certains, disparaît complètement. Point de costume cravate ni la plus belle robe pour empêcher l’inéluctable. Pas très gai cela me direz-vous. Je crois que la nudité est une antidote contre la vanité et l’orgueil qui dominent le monde. Oui tout est vanité et nous ne sommes rien. Mais pour le Christ, chaque cheveu de notre tête compte.

C’est pourquoi je vois dans l’Ascension d’abord la fête de l’ESPERANCE.  Jésus est parti pour nous envoyer l’ESPRIT SAINT et pour nous préparer à chacun une place. Je le prie tant pour la place de chacun.

En ce mois de mai, nous pouvons encore prier avec cette prière (mariaphobes, cartésiens, intellos et autres cœurs fermés s’abstenir) :

«  O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’Enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, nous vous prions spécialement pour celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde, Amen »

 

Le Greco (fin 16ème )

00:29 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Je me réjouis de prendre de tes nouvelles.

Écrit par : Georges | 23/05/2009

J'AIMAIS CHANTER CA A LA MESSE... On le sait, Benoît et moi n'avons pas les mêmes goûts en matière de musique liturgique... Mais peu importe car la diversité fait la richesse... Je retranscris ici les paroles d'un chant que j'aimais (années 80 je crois)... et qui peut résumer ton article :

"Nous t'avons élevé de hautes cathédrales, aux portes et aux tours des plus monumentales... Nous avons espéré t'y tenir en prison...
Mais TOI tu as choisi de prendre pour maison, le COEUR DE L'HOMME...

En toi je crois mon Dieu, tu veux les hommes heureux...

Écrit par : Jean-Marie | 24/05/2009

Amen !

Écrit par : Seb | 25/05/2009

Les commentaires sont fermés.