03/04/2009

N'ayez pas peur!

Comme le titrait dernièrement un chroniqueur d’un grand quotidien régional d’information à l'adresse de Benoît XVI: « N’ayez pas peur ». Il disait même "Ce pape qui a peur de la vie".

Oui Benoît, n’ayez pas peur du monde, des gens, de vos frères, vous qui vivez au Vatican comme si c’était un camp retranché, une forteresse assiégée.

Le 2 avril 2005, le pape Jean-Paul II nous quittait. Vous en pensez ce que vous voulez, j’avais pleuré pendant tout le temps que je regardais ses funérailles à la télévision. Les caméras s’étaient bien garder de montrer S.A.R. le prince Louis XX, aucun commentateur ne parla de lui alors qu’il était aux 1ères loges, fort courtoisement cédé, d’ailleurs. J’avais admiré la belle liturgie et la beauté du chant grégorien. On en peut pas méprise cela, sauf si on est un porc dont parle Jésus à propos des perles.

Je regrette sincèrement ce pape, tout comme je regrette Jean-Paul 1er, décédé le jour même de mon anniversaire après 33 jours de pontificat, ce que lui avait prédit sœur Lucie à Fatima, avant qu’il ne devienne pape.

Je n’étais pas d’accord avec Jean-Paul II sur tout, mais il forçait le respect, c’était un vrai pasteur qui savait faire respecter aussi l’Eglise. Son charisme agissait sur beaucoup. Il est à l’origine de bouleversements politiques en Europe.

Aujourd’hui nous avons un pape qui vide les églises par ses propos et par sa méconnaissance de la vraie vie, qui monte les braves gens contre les chrétiens, et victimiser ne  fera pas revenir les fidèles ni ne favorisera la conversion des infidèles.

Le pape Benoît XVI n’a même pas rencontré un seul malade du SIDA lors de son récent voyage en Afrique (et ça vaut mieux car, n’étant pas à une gaffe près, il aurait bien été capable de leur dire que c’était de leur faute), il a timidement rencontré ceux qui les soignent.

Jésus, lui, touchait les lépreux, et il n’avait pas peur.

Cherchez l’erreur…

00:25 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

C'est vrai, Benoît, le pape actuel n'est pas le plus beau des cadeaux fait par les Cardinaux à l'Eglise... Mais, fort heureusement, le pape n'est pas toute l'Eglise... Il y a tant de prêtres, de religieux et de religieuse, de laïcs aussi qui, contre vents et marées, consacrent leur temps à répandre l'Amour, à faire vivre chaque jour les paroles de l'Evangile... Alors, certes, les temps sont durs pour les catholiques qui doivent affronter le monde souvent remonté contre le pape... Mais l'Eglise doit peut-être tomber au plus bas pour mieux refleurir... J'aime ce chant : "Si le grain de blé tombé en terre, refuse de mourir, la moisson de l'espoir des hommes ne pourra jamais fleurir..." Alors, courage... L'Eglise aura un jour le pape qu'elle mérite... un pasteur qui aime ses brebis... (désolé mais à mon avis, Benoît XVI n'aime pas le monde...

Écrit par : Jean-Marie | 04/04/2009

Etes vous sûr d'avoir bien entendu les paroles et lu les écrits de notre Saint-Père? De ne pas vous laisser avoir par ce qui peut en être rapporté dans les médias, de manière déformée, tronquée et mal ou sur-interprétée... non je ne crois pas que Benoît XVI n'aime pas le monde, bien au contraire... malheureusement, le monde ne le reconnaît pas... et ne voit pas en lui le pasteur qu'il doit être et qu'il s'efforce d'être, même si certaines paroles sont dures à entendre et à comprendre... Je ne sais pas s'il a rencontré des malades du SIDA pendant cette semaine africaine, mais après tout, on a tellement peu entendu parler de ce voyage mis à part le trajet aller que je ne m'avancerais pas ni dans un sens ni dans l'autre... mais je doute que ce détail soit essentiel... car oui le Pape n'est pas toute l'Eglise... quant à vider les églises, je n'en suis pas si sûre... pour ce genre d'analyses il faudrait prendre beaucoup plus de recul (notamment temporel), et prendre en compte tous les facteurs sociaux actuels (déchristianisation plus globale, peur de l'engagement, etc.)... Puis-je me permettre de vous renvoyer sur des blogs qui traitent à mon sens admirablement des dernières 'affaires' qui ont secoué le paysage médiatique ces derniers temps: http://edmondprochain.wordpress.com/, http://www.koztoujours.fr/, http://www.causeur.fr/
Peut-être le problème ne vient-il pas de Benoît XVI, mais du monde qui ne comprend pas et refuse de comprendre quelle est sa mission... Prions pour notre monde et notre Eglise!

Écrit par : La fourmi | 17/04/2009

quel beau blog!!je m'appelle olivier j'ai 20 ans le 8 mai. Benoit, ta Foi m'impressionne et beaucoup de points communs nous unissent! je prie pour toi et espère dial avec toi sur oli2171@live.fr c mon msn!à très vite!

Écrit par : de mesnard | 03/05/2009

CONTRE VERITE Bonjour,

tes attaques contre Benoit XVI sont dérisoires; si tu attaques à ce point le pape, comment oses-tu te dire catho? Etre catholique c'est être en communion universelle avec l'Eglise; tu n'as rien compris. Tu es dans une impasse.

Henri

Écrit par : henry | 17/05/2009

Comment Benoît XVI ose-t-il se prétendre catholique? ses attaques contre les homosexuels sont dérisoires. Henri, je te rappelle que le Christ a passé une bonne partie de son temps à réprimander Pierre, le 1er pape qu'il avait lui-même choisi! Le pape n'est ni un saint ni un intouchable, ça ne m'empêche pas de le respecter. N'y a-t-il dans l'Eglise catholique de Benoît que de la place pour la pensée unique? L'Eglise est elle démoncratique ou bien est-elle une dictature par nature?
C'est justement à cause de pensées formatées comme la tienne que se trouve la raison d'être de mon blogue, secours et oasis d'amour d'Eglise dans cette Eglise qui passe son temps à discriminer et à rejeter. Mais ni toi ni personne n'empêchera l'homosexuel que je suis d'être catholique, même si vous ne pouvez pas le supporter, c'est ainsi.
Merci, Seigneur

Écrit par : Benoît | 18/05/2009

en passant. A qui lira...

Benoît, tu t'indignes de ce que l'église ne soit pas "démocratique"... Je ne vois pas où la démocratie puisse s'insinuer dans une institution censée être d'inspiration et d'autorité transcendantes ! Les messages du Christ n'ont rien de démocratique, bien au contraire. C'est sans doute justement cela qui gêne nos sociétés contemporaines bercées de cet idéal politique au quel elles voudraient tout réduire.

Tu répondras peut être que ce n'est pas le mot que tu aurais voulu employer. Cependant, je répète que l'ensemble de ton propos, ce blog notamment, procède , selon ce que je perçois, de cette confusion contemporaine, de ce besoin d'amalgamer la chèvre et le chou, l'Esprit et l'esprit du temps. Autant tu analyses, scrutes et pinailles sur ce qui se rapporte aux faits et dires de l'église, autant tu laisses exister une nébuleuse autour des définitions de la condition et de l'identité gay. Lesquelles sont des inventions socio-politiques et psychologiques de ces dernières décennies, caractéristiques des démocraties... dont les valeurs officielles ne sont pas clairement religieuses et spirituelles, c'est le moins qu'on puisse dire. Ce qui domine dans la "gaytitude" c'est bien une résurgence de paganisme, avec ses cultes idolâtres, ses impasses, ses dissimulations. L'Esprit soufflant où il veut, bien entendu, l'homosexuel n'est à l'abri d'aucune "grâce" !
Mais comment concilier ce discours dominant de la liberté gay qui résonne comme un "ni dieu, ni maître" avec une parole transcendante ? Et je me demande souvent si cette façade provocatrice et libertaire de l'homosexualité, identifiée ici par elle même à ses pratiques sexuelles, n'est justement pas cela qui fait tant de mal, blesse les âmes de la jeunesse qui est ici comme défiée violemment à devoir basculer dans le transgressif, et celles des parents qui, s'ils ont trois poils de bon sens, ne peuvent souhaiter voir leur enfant s'assimiler à une caricature, une marionnette tragique dont un adolescent ne peut encore mesurer toutes les conséquences.
L'homosexualité n'est tolérée que parce qu'elle est assimilable à des modèles récupérables socialement, politiquement et économiquement. En principe , l'église n'est pas concernée par la "récupération" ...Elle ne marchande pas , que je sache ... (?) Mais qu'elle mette en garde contre les véritables enjeux de cette gaytitude, qu'elle les analyse et les nomme, ça serait bien ! Au lieu de condamner. Mais qui comprendrait ? La gangrène spirituelle est tellement installée, que évoquer le paganisme reviendrait juste à agiter des images et entretenir des équivoques.

Que le pape actuel soit maladroit... soit. Suspect, même ! allons y ! les cathos sont les champions pour cela, tant ils ont remplacé la dimension spirituelle par la morale et engendré des psychologies caractéristiques... dont ils ne sortent plus. (je suis aussi quelque peu concerné !) . Qu'on ne s'y trompe pas, l'engagement en esprit n'est pas à la portée de quiconque. Pas de démocratie, ici. Les évangiles en témoignent : combien ont suivi le Christ, et pour quelles raisons ? Cette voie ne saurait s'emberlificoter de compromissions sentimentales et sensuelles ! Non qu'il faille les nier pour autant, mais les associer à un discours de "ce" monde pour les justifier, non, en vérité, il y a dérapage, grand écart qui témoigne d'une division intérieure... Encore un héritage difficile du catholicisme qui oppose trop souvent chair et esprit, qui n'a pas les mots, en tout cas, pour éclairer leur rapport intime et complexe. Et basculer dans l'angélisme de la "chair -lumière", c'est pire ! Qui veut faire l'ange, fait la bête !

Je déplore qu'il ne soit jamais évoqué ici et ailleurs, en des termes posés, et autrement que par des paraphrases évangéliques, les questions de sexualité, de corps et d'âme... Comme par hasard, le psychologique aussi est caricaturé et évincé, perçu comme une menace et non une quête. "On naît comme ça" peut on lire sans cesse... Si c'était si simple ! Et si ce n'est pas inexact, ça n'implique pas qu'on en aborde pas la genèse. De même l'implication spirituelle, la symbolique... pourquoi les étouffer, alors qu'il semble "normal" de discourir sur des signes des temps ... un peu plus extérieurs à soi.

Par exemple, moi, quand je lis des propos favorables au "mariage homosexuel" j'ai le sang qui se glace. C'est bien une absence de conscience du symbole du mariage. C'est impliquer une équivalence des unions, tant d'esprit que de corps ! Argh ! A part les émotions et les exaltations de tous ordres, je ne vois pas du tout d'assimilation possible. Je ne suis évidemment pas opposé à une grande amitié et fraternité qui puisse être touchée par la grâce... Mais de là à bénir un temple déserté, stérile ... On n'est même pas au niveau du symbole.

Par pitié, qu'on cesse d'être dans la réaction, la défensive et l'agression, surtout avec cet étiquetage d'homophobie.

La première chose qui vaille c'est de tenter de voir clair en soi, de ne pas s'adosser à la colonne de l'orgueil qui peut être appelé foi. De ne pas se sanctifier soi-même parce qu'on se se sent "différent", rejeté. Aller à la rencontre de soi, ce n'est pas placer une image du Christ devant soi, mais se dénuder de l'intérieur et se sentir accueilli. ET en cette rencontre, avant, pendant et après, il n'y a rien à revendiquer, aucun privilège de vérité et d'amour. Il y a des choses qui ont besoin du secret et du silence. Quand je viens ici, je perçois un tumulte, souvent. Celui d'affrontements humains. Et moi-même en suis gagné parfois. C'est pourquoi je me suis abstenu longtemps de revenir poster ici. Car on y retrouve un reflet des clans sociaux qui ne parviennent pas à dialoguer, et des pôles d'une âme qui ne trouvent pas (encore) à se concilier.

Ce que je me permets de dire n'est pas une provocation agressive mais une invitation à tenter de comprendre autrement . Je n'ai pas dit adhérer !

Qui a des oreilles entende (c'est pas de moi !)

Écrit par : François | 19/05/2009

Les commentaires sont fermés.