30/12/2008

Créés non pour mourrir, mais pour vivre

Fondation Brigitte Bardot: l'UE ferme ses portes aux fourrures de chiens et de chats

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Demain l’UE ferme ses portes aux peaux et fourrures de chats et de chiens… en attendant de fermer ses portes aux produits dérivés du phoque !

31 décembre 2008

En juin 2007, l’Union européenne a adopté un règlement (qui entre en vigueur le 31 décembre 2008 dans les 27 Etats membres) visant à « interdire l’importation, l’exportation, la vente et la production de fourrures et peaux de chats et de chiens ».

Pour la Fondation Brigitte Bardot, il s’agit d’une « victoire » qui fait suite à de très nombreuses interventions auprès des autorités nationales et européennes, « victoire » très partielle toutefois et qui, pour être complète, devra être élargie à l’ensemble des animaux exploités et tués pour le marché de la fourrure.

Prochaine étape : après les chiens et les chats, l’Europe doit interdire le commerce des fourrures de phoques

Le 23 juillet 2008, la Commission européenne a présenté une proposition de règlement concernant le commerce des produits dérivés du phoque. Le Parlement européen a déjà rédigé plusieurs rapports sur cette proposition et les ministres européens de l’Environnement y travaillent également. Le texte final devrait être mis au vote dès le printemps prochain et, d’après les informations de la Fondation Brigitte Bardot, celui-ci pourrait être beaucoup plus restrictif que la proposition initiale qui autorise des dérogations à l’interdiction du commerce.

Dans un baroud « d’honneur », les autorités canadiennes tentent de faire passer les massacres perpétrés sur la banquise pour des chasses non cruelles en proposant, sur le papier, des mesurettes qui restent inapplicables sur le terrain.

Rappelons que cette tuerie est incontrôlable et qu’elle n’a comme seul objectif d’abattre un maximum de phoques en un minimum de temps… Cette course folle entraîne des pratiques d’une extrême violence, d’une rare cruauté, les chasseurs passant d’un phoque à un autre en blessant les animaux pour les empêcher de rejoindre la mer, laissant les phoques agoniser de longues minutes dans la souffrance avant de les achever à coups de gourdins ou au couteau.

L’utilisation d’armes à feu pour abattre les phoques est aussi cruelle car les dernières observations montrent très clairement que les phoques sont, là encore, laissés de longues minutes blessés avant d’être récupérés et tués par les chasseurs.

L’Union européenne doit se montrer ferme

Pour Christophe Marie, l’un des responsables de la Fondation Brigitte Bardot : « Les mesurettes du gouvernement canadien ne répondent absolument pas aux préoccupations de l’opinion publique européenne. La seule position cohérente et éthiquement recevable est de s’opposer fermement et totalement à ces massacres, en refusant le commerce en Europe des produits dérivés du phoque. De même que l’Union européenne ferme, à compter du 31 décembre 2008, ses frontières aux peaux et fourrures de chiens et de chats, elle doit fermer ses frontières, dès 2009, aux produits issus de la « chasse » aux phoques, plus gros massacre de mammifères marins au monde ! »



23:32 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Vivement, que finisse cette tuerie, de phoques ou autres animaux!

Ce qui me semble daingue, c'est que d'une part on a bien réussi à remplacer les fibres végétales par des synthétiques, mais lorsqu'il s'agit de la peau des animaux, là, non, celle-là, on ne sait pas la remplacer. Pourquoi tant d'hypocrisie?

Écrit par : Georges | 01/01/2009

Les commentaires sont fermés.