01/04/2007

De groote weeke

« La grande semaine »

01372.JPG

 

Faudrait savoir !

Au risque de passer à mon tour et pour une fois pour un moralisateur et donneur de leçons, je viens défendre la liberté d’expression de l’Eglise catholique et des chrétiens en général. Je me méfie toujours de la laïcité à la française, non pas qu’elle soit entièrement négative, il y a même beaucoup de positif. Mais je n’oublie pas qu’elle est d’origine bourgeoise, régicide et franc-maçonne.

Parfois je me demande combien de temps il sera encore possible de se dire chrétien dans ce pays, qui n’arrive pas à se réconcilier avec son passé.

 

Alors oui, « faudrait savoir ».

On voudrait bâillonner la liberté d’expression de l’Eglise, du pape, des évêques, de toi, de moi éventuellement. On dit que l’Eglise se mêle de ce qui ne la regarde pas.

Or, d’un côté, on la critique quand elle tient un discours qui ne nous plaît pas (au hasard : sur les homos, « le mariage gay » ou l’homoparentalité)

Mais d’un autre, quand elle ne dit rien sur ce que nous aimerions entendre (par exemple l’écologie), on lui reproche de se taire !

 

Serais-je un jour emprisonné parce que je dis que je suis contre l’avortement ? Et bien tant que nous vivons dans un pays qui dit protéger la liberté (liberté, égalité, fraternité : qu’en reste-t-il ?), je le dirais et l’Eglise, dont je suis membre, a le droit de dire, y compris aux hommes politiques, ce qu’elle pense. Elle a le devoir d’expliquer pourquoi en son âme et conscience, sous la conduite de l’Esprit Saint, sans l’imposer, mais sans jamais renoncer à proposer ce qu’elle croit.

Je suis bien d’accord qu’il faudrait ne pas avoir peur du débat, notamment lors des synodes, mais déjà soyons loyaux.

 

Voilà, j’ai donné ma leçon, ça m’arrive de temps en temps !!!

Quiconque est choqué par mes propos ou se sent blessé veuille bien m’en avertir et me pardonner.

 

Demain « ‘t is Paelmen zundag » c’est le dimanche des Rameaux. Nous entrons dans la grande semaine du passage…

Arrimons-nous au Christ et abandonnons-nous avec lui et comme lui pour « entrer dans la vie ».

Pour moi, impossibilité d’assister aux offices avant la vigile pascale (à moins que je puisse tout de même faire un chemin de Croix).

 

Bonne semaine sainte à toutes et à tous !

  

Je termine par ce message que j’ai reçu et que je publie avec l’autorisation de son auteur :

 

« Bonjour,

J'avais déjà eu l'occasion de remarquer votre blog car il a permis quelques connexions vers le site de la Retraite dans la Ville, dont je suis le coordinateur. Comme je l'ai trouvé bien fait et intéressant, j'y suis revenu.
Et je vois que maintenant vous relayez notre appel à l'aide pour le futur site de la Province dominicaine de France.

Je suis donc très heureux de vous remercier pour ces marques de soutien et d'amitié.
Continuez à éclairer le web par vos textes plein de vie et vos superbes photos.

Je prierai pour vous dans ces jours intenses qui nous conduisent à Pâques.

Fraternellement,

 

Fr. B. o.p. »

 

Alors que j’ai lu des blogues de séminaristes qui me font froid dans le dos, et me font renoncer à l’idée qui m’était revenue de contribuer au denier de l’Eglise (sauf bien sûr notre ami Julien), recevoir un tel message d’un homme d’Eglise me réchauffe le cœur. Si vous n’avez pas encore fait votre don pour la restauration de leur site internet, la semaine sainte peut en être l’occasion. Il est également possible de faire un don pour couvrir les frais de la "retraite dans la ville". (rubrique "nous aider")

« Quand tu donnes, que ce soit de bon cœur ».

 

Merci chers amis de prier pour l’ordre des Frères Prêcheurs et pour tous les dominicains : je confie particulièrement ce frère et mon accompagnateur spirituel à votre prière, sans oublier de rendre grâce !

00:53 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

BONNE SEMAINE SAINTE! Tu n'auras jamais à t'excuser, Benoît, de publier ce que tu veux sur ton blogue à toi ! Ceux qui ne sont pas d'accord, n'ont qu'à aller voir ailleurs ;-)
Moi je te félicite et t'encourage à continuer dans cette ligne libératrice. C'est un peu ce que veut dire ton dominicain:
«Continuez à ÉCLAIRER LE WEB PAR VOS TEXTES plein de vie et vos superbes photos».
Tu ne pouvais recevoir plus bel encouragement que j'entérine complètement...
Et malgré ton impossibilité d'assister aux Offices cette semaine, ne manque pas de te réserver quand même des moments de prière et de contemplation. Tu n'en seras que plus joyeux le jour de Pâques!

Écrit par : OLAG | 02/04/2007

Je suis très surpris à chaque fois que vous dites que votre accompagnateur est un dominicain (au moins deux fois si je ne m'abuse! ). Je suis surpris car moi aussi je suis accompagné par un dominicain ! Alors les frères prêcheurs seraient ils les seuls assez charitables et intelligents pour comprendre ce que vivent les catholiques homosexuels ! Ou alors encore une fois c'est moi qui est mal compris, car je comprends tout de travers ...

Écrit par : cyril | 02/04/2007

Cyril: voir mon article "miséricorde" au sujet des dominicains: CQFD!

Écrit par : benoît | 03/04/2007

que signifie CQFD ?

Écrit par : cyril | 04/04/2007

J'ai moi-même des pulsions homosexuelles. Cependant, sachant que de même un psychopathe n'a pas le droit de tuer même s'il en a des pulsions , je n'ai pas le droit d'être homosexuelle. Que Dieu nous délivre de cette abomination et nous bénisse. Je suis sûre que vous avez eu énormément de messages de ce genre et je vous en demande pardon. Cependant, n'écoutez pas le malin!!! Ressentir n'est pas consentir. Je ne consens aucunement au péché. Je n'ai que dégoût pour la prière, je déteste ces pulsions qui des fois me poussent à vouloir être méchante. Des fois, j'ai bien du mal à résister. Des fois, même je succombe. Mais jamais je n'accepterais mon homosexualité. Jamais parce qu'elle offense Dieu.
"Mon Père, s'il est possible, que ce calice s'éloigne de moi." Même Jésus a supporté le dégoût, c'était si difficile de résister, d'accepter cette Passion horrible.
"Mais cependant, que votre Volonté soit faite". La mort plutôt que le péché, Seigneur. Donne-moi la force de ne pas accepter, par ton acceptation de la Volonté divine, Agneau très innocent!!! Donne-moi, malgré ma chair qui se révolte contre moi, de suivre la voie de l'esprit!!! A moi, tu donnes ta vie toute entière, j'ose donc te l'offrir pour être toute à toi, pour ne pas te laisser et te flageller en acceptant le désir de ma chair!!! Bientôt mon corps ne sera que pourriture, et si je ne t'ai pas obéi, si je n'ai pas toujours dit non à mon désir coupable? "Ce n'est pas celui qui crie seigneur, seigneur qui va au paradis, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux."Mon frère, que Dieu te bénisse, te fasse comprendre la vérité et te soutienne dans ton combat contre toi-même. "Qui me délivrera de ce corps de mort?" dit saint Paul.

Écrit par : visiteuse | 16/04/2007

...A la visiteuse en détresse, deux minutes fraternelles Chère Madame, votre assimilation de l’homosexualité à une pulsion meurtrière – que vous posez en débutant, comme simple comparaison, mais nullement insignifiante, fait tout de suite question. Un peu plus loin vous dites qui serait la victime : vous. Vous écrivez : « La mort plutôt qu le péché » (ce péché-là). Je vous en prie : mesurez AUSSI le danger spirituel et médical que vous courez à ne pas vous accepter telle que vous n’auriez pas voulu être, mais telle que vous êtes sans doute. Sans aucun doute, pour moi, à voir la véhémence même de votre répulsion. « Non, pas cette croix-là, une autre croix, Père… » Jésus n’a pas parlé comme ça. A personne. Sa dureté ne s’adresse jamais qu’aux pharisiens qui font porter à d’autres ce qu’il ne leur est pas demandé de porter. - Par ailleurs, regardez les fruits de votre résistance actuelle : le dégoût de la prière, la méchanceté envers autrui. Et enfin, ne croyez pas que l’amour homosexuel soit un bonheur tombé du ciel : comme tout amour, il demande un oubli de soi, une attention à quelqu’un qui – de votre sexe ou non – a une autre histoire que la vôtre, et aussi, c’est hélas ! fréquent, l’exposition à la malédiction des bien-pensants qui vous regarderont au mieux avec compassion, au pis avec mépris.

Écrit par : Florent | 17/04/2007

Les commentaires sont fermés.