29/03/2007

La vraie vie!

La vraie vie.

 

 

3 jours hors du temps. Pluie et froid étaient malheureusement au rendez-vous.

Entre les répétitions et les représentations, nous avons eu un peu de temps libre. Ce temps fut mis à profit de différentes façons. Ca m’a amusé de voir que les goûts et affinités de chacun rejoignaient les gros clichés. Ainsi, il y avait grosso modo 2 groupes : le groupe majoritairement garçons (avec quelques rares éléments féminins) qui a préféré aller au cinéma ou dans les démonstrations gastronomiques, et le groupe majoritairement filles (avec quelques rares éléments masculins) qui a fait des visites culturelles. Et dans le groupe garçons, il y avait un sous groupe homo et un sous groupe hétéro. Homos, hétéros et filles nous nous entendons tous bien, puisque nous sommes d’abord là pour faire de la musique ! Mais les sous groupes se justifient par affinités des sensibilités et des conversations.

 

Après avoir fait cavalier seul samedi matin pour visiter la cathédrale, tous les groupes se sont retrouvés pour un repas bien copieux le midi (il faut des forces pour chanter et jouer). L’après-midi, j’ai rejoint le groupe des filles pour visiter la basilique Saint Remy et le musée du même nom, en compagnie d’une chanteuse qui est aussi spécialiste d’histoire de l’art, extrêmement intéressant donc.

 

 

La cathédrale m’a beaucoup impressionné, par sa beauté extérieure tout d’abord. Je lui trouve plus de charme que Notre-Dame de Paris, même si au classement, c’est toujours Rouen qui arrive en tête. A l’intérieur, j’ai beaucoup aimé les vitraux, anciens et modernes, le « bleu de Chartres » réutilisé pour les vitraux contemporains de Marc Chagall. La cathédrale me paraît un peu nue : on est loin des églises luxuriantes des Flandres et la 1ère guerre mondiale est passé par là. Heureusement que les monuments ont été restaurés. Je  n’ai pas oublié de regarder l’émouvante communion du chevalier au revers du portail central, indiqué par l’un d’entre vous la semaine dernière et que je remercie au passage.

Ville des sacres de la plupart des rois de France. J’ai lu avec intérêt le cérémonial liturgique des sacres, les 9 onctions, dont la sainte Ampoule. C’est le « 8ème sacrement »’ J’ai vu la plaque commémorative du baptême de Clovis, 1er roi des Francs après la chute de l’Empire romain. Baptisé en 496 ou 498, il a scellé le destin de la France, faite « fille aînée » de l’Eglise. Jean-Paul II eut le courage de rappeler en 1996 qu’on ne peut évacuer cette dimension là.

La France est sacrée…N’oublions pas de prier chaque jour pour la France…

 

st-remi-pape.jpg (12120 octets)

La visite a la basilique saint Remy nous a beaucoup touché : église à taille plus « humaine », splendeur de l’art roman bien mise en valeur par l’éclairage à l’intérieur. Le tombeau de Saint Remy, qui baptisa le roi Clovis me laisse une impression indescriptible. Immense mausolée au milieu du chœur, il représente à la fois l’histoire de la France et celle de l’Eglise de France !

st_remi_bis

 

 st_remi_d

Dans le musée qui jouxte l’église, une visite s’imposait (et c’était chauffé, ouf !). Trop vaste et pas assez de temps pour bien voir, mais guidé par ma chanteuse-conférencière, j’ai pu admirer entre autres les magnifiques tapisseries de la vie de Saint Remy, surprenantes dans la modernité de leurs lignes, les vestiges gallo-romains, et bien d’autres choses qui méritent le détour.

 

Le lendemain matin, réveil très dur pour des chanteurs à cause du changement d’heure ! La représentation du samedi nous avait fait coucher tard et le dimanche, nous jouions en matinée (c’est-à-dire en début d’après-midi) !

Je me suis forcé à me lever assez tôt pour pouvoir aller à la messe à la cathédrale, mais j’en ai été fort déçu et j’ai eu du mal à prier. La liturgie n’était pas à la hauteur du lieu, hélas ! à part le chantre qui chantait bien. Par dessus le marché, ils n’ont rien trouvé de mieux que de célébrer derrière le maître autel, nous sommes confinés au fin fond du chœur (seul avantage : le célébrant tourné pour une fois dans le bon sens, c’est-à-dire vers l’Orient, mais nous vers l’Occident). Il n’y avait pas plus d’une cinquantaine de personnes. Je ne savais pas que Reims était devenue à ce point un pays de mécréants…

 

Les 2 représentations, malgré un public un peu clairsemé, ont obtenu un vif succès auprès du public enthousiaste ! Pour ma part, je le confirme : c’est vraiment sur scène que je me sens le plus dans mon élément. J’aime cette ambiance dans les coulisses avant d’entrer en scène, puis bien sûr la musique et le jeu d’acteurs, avec le public qui nous « porte ».

 

J’ai bien aimé aussi le retour en bus. Une occasion de discuter simplement avec les autres car le fait d’avoir passé 3 jours ensemble nous rend plus proches les uns des autres.

Plusieurs d’entre nous parlaient du retour à « la vraie vie », le redoutant un peu ! Nous sommes tous si bien sur scène !

Certes, retrouver sa famille, ses chats, ses études, son boulot…

Mais si ce que nous avions vécu hors du temps pendant ce séjour, c’était aussi la vraie vie ?

 

Vive l’art lyrique !

00:33 Écrit par Beno dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

J'aimerai tellement t'entendre chanter...

Écrit par : Furyo | 29/03/2007

Je ne connais pas Reims, cette ville qui a permis à la France de devenir sacrée. Merci pour ces magnifiques photos !! Mais pour ce qui est du peu de gens à la messe à la cathédrale, je crois que c'est assez général. A la Cathédrale de Bordeaux il y à peu près le même nombre de personne pour le Saint Sacrifice , alors que cette ville est considérée comme le foyer le plus catholique d'Aquitaine et encore plus le centre-ville... Prions pour la conversion de la France ! Au fait je ne sais pas si j'ai eu l'occasion de vous le dire, mais merci pour ce blog qui permet d'identifier l'homosexualité à autre chose qu'un ghetto !

Écrit par : cyril | 29/03/2007

Quelles belles photos! Un grand merci pour cet «album» splendide que tu nous a offert... surtout pour l'ange du Sourire!
Quant à de désaffectation des églises.... rappelle-toi le livre paru en 1945 qui avait fait scandale: «France, pays de mission?» Vous y êtes!

Écrit par : OLAG | 29/03/2007

La vie en rose... Rose, couleur des biscuits de Reims, qui complètent les beautés que tu nous as présentées, jusqu'à nous en aiguiser l'appétit!. Comme Furyo, j'aimerais t'entendre chanter. Qui sait, un jour peut-être?
En attendant, c'est sur cet air festif que je te souhaite d'entrer bientôt dans la Semaine Sainte, tourné vers la Vie qui tend les bras!
Crocki

Écrit par : Crocki | 30/03/2007

Je vois que nous avons certains points en commun.Je n'ai jamais visité Reims,mais c'est là qu'est née la France.Oui il ne faut pas oublier que la France est "la fille ainée de l'Eglise".En ce moment,nous devons prier beaucoup pour elle,pour qu'elle le redevienne.
C'est encore une mes condradictions:homo,catho,royco et un peu" tradi",sur les bords,"pro-life"...Je ne suis jamais là,où on m'attend.

Écrit par : Elias | 30/03/2007

Les commentaires sont fermés.