04/07/2006

diagnostic

D’aucuns me reprocheront d’être impudique (et pourquoi pas narcissique et manipulateur) en livrant une partie de mon entretien médical de ce jour. La déontologie requiert en effet le secret professionnel. Mais ce blogue est anonyme et je doute fort que mon médecin y passe, et puis il est question de moi, donc c’est avec mon propre consentement que j’écris. De plus, paradoxalement, j’espère qu’il aide ceux qui passent ici. Vous êtes entre 25 et 50 à venir me lire chaque jour or je connais qu’une dizaine d’entre vous, soit pour les commentaires, soit parce que vous êtes blogueurs, soit parce qu’on s’est déjà rencontré. J’imagine que parmi vous certains sont en grande et difficile recherche. Ne négligeons aucun moyen pour apprendre à être nous-mêmes, afin d’être des enfants de Dieu tournés toujours plus vers l’amour que nous a enseigné le Christ.

 

Après avoir expliqué  à mon médecin entre autres mon angoisse et ma tristesse existentielles, parce que je suis écartelé entre la foi et le doute, l’Eglise et ma réalité, la peur d’aimer et l’envie d’aimer, la vie professionnelle « bureaucratique » et la passion du chant et de la scène, voici son bilan :

 

-         tension trop basse (symptôme à la fois de surmenage et de dépression)

-         4conséquence possible : dépression

-         importante distorsion entre ce que je voudrais faire et ce que je fais, avec une difficulté à assumer des activités professionnelles et ma passion car elles sont trop éloignées

-         4conséquence possible : folie

 

En conclusion :

 

-         Pas d’hospitalisation

-         Consultation psychiatrique à prévoir pour soutien psychologique sans traitement médicamenteux

 

Je prends rendez-vous dès ce mardi

 

Je vois mon accompagnateur spirituel dominicain ce mardi : j’aurais bien des choses à partager. Priez pour lui. Priez pour les communautés religieuses, priez pour celles et ceux qui ont tout donné pour Dieu et rendez Lui grâce d’appeler des frères et sœurs à le suivre dans la vie religieuse.

 

 

Seigneur, je te crains, j’ai peur de Toi, j’ai peur de ton jugement,

J’ai peur de manquer à ma mission

 

Pardonne-moi de répondre si peu et si mal à ton appel

 

Tu m’aimes et je n’ose croire à ton amour inconditionnel

 

Seigneur, j’ai honte de te déplaire,

 

Pardonne nos haines et apprends-nous à réparer nos torts

 

Apprends-nous à aimer et nous laisser aimer

 

00:35 Écrit par Beno | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

Commentaires

CONFIANCE A lire ton message, j'ai été profondément touché par ta détresse, par ton sentiment d'imperfection.
Je ne te connais pas personnellement mais je puis te dire que tu n'as pas à avoir honte de tes limites. Le Seigneur nous aime tels que nous sommes; la seule chose qu'il espère de nous c'est que nous fassions notre possible pour vivre de son amour.
A chacun de nous donc de s'aimer soi-même à travers le regard d'amour que le Seigneur porte sur nous.Comme Thomas que nous fêtions hier, osons croire en Lui, disons-lui "Mon Seigneur et mon Dieu", abandonnons-nous en Lui, confions Lui nos doutes et nos peurs, vidons-nous en Lui afin qu'Il puisse nous emplir de sa grâce.
Et lorsque nous nous aimerons nous-mêmes, alors nous saurons commencer à apprendre à aimer vraiment notre prochain. Car tout emplis de Son amour, nous pourrons le rayonner. C'est une source vive que rien ne peut arrêter, elle déborde naturellement.
"Et alors Dieu vit que cela était bon"; le paradis / le Royaume est là tout proche, au plus intime de nous-même et autour de nous.
Le secret est là, dans cette dépossession de soi-même et dans cette effusion de la grâce de l'Amour divin.
Puisse ce partage te soutenir et être un baume pour ton coeur.
Tu seras dans mes prières.

Écrit par : José VINCENT | 04/07/2006

salut tu cherche quoi l'amour physique ou plutôt l'amour spirituel?

Écrit par : moimoi | 04/07/2006

Abandonnons nous à notre Seigneur Cher Benoît,
Je te sens bien désemparé.
Tu cherches la perfection en tout mais tu sais, cela n’est pas de ce monde. Il faut que nous essayions tous de supporter ce qui autour de nous et en nous n’est pas parfait et surtout de l’accepter.
Tu parles de ta foi et de tes doutes. Qui n’a jamais douté ? Sans le doute nous ne serions pas humains. Et notre foi n’en a que plus de valeur. C’est vrai que nos vies ne sont pas toujours en adéquation avec nos espoirs. Sans doute notre Seigneur éprouve t’il justement notre foi. C’est vrai qu’à ces moments là nous pouvons douter que Dieu nous aime et se soucie de nous. Mais cela est un sentiment un peu égoïste de vouloir que tous nos désirs se réalisent selon notre volonté.
Je me dis des fois que si mes désirs immédiats ne se réalisent pas, c’est que nous n’avons qu’une vision partielle des choses alors que le Seigneur lui, a une vision de la totalité de la création. C’est que sans doute mon chemin doit être autre pour me conduire à autre chose (pas forcement moins bien) que ce que j’avais prévu. Il faut que nous ayons confiance en notre Seigneur et soyons patients.
Tu parles de cette opposition qui te ronge, qu’il y aurait à être chrétien en Église et être gay. C’est vrai que l’on pourrait douter de l’Amour de Dieu pour nous, en écoutant la bêtise et la méchanceté de simples humains sans humanité qui détournent la Parole et dont les écrits et les déclarations sont une offense à Dieu. Vivons nos vies avec justesse et compassion et ne nous occupons pas du reste. L’Église c’est nous, pas eux.
Tu parles de ton envie d’aimer et de ta peur d’aimer. Oui l’Amour est un risque, et surtout celui de le perdre (j’en sais quelque chose). Devons nous ne pas oser aimer parce que notre amour peut être déçu ou que nous pouvons le perdre ? Quand l’Amour arrive dans notre vie c’est à nous de l’entretenir et si nous avons fait tout ce que nous pouvons et que Dieu nous enlève cet Amour, ce n’est pas pour nous punir (même si c’est le premier sentiment que nous ayons est de nous sentir coupable. Qu’avons-nous pu faire pour mériter cela ? Ne pouvons nous voir autre chose que nous même ?) mais pour nous faire grandir et pour nous conduire sur un autre chemin où nous aurons encore à apprendre.
Au niveau professionnel nous ne faisons pas toujours ce qui nous plait vraiment. Mais c’est souvent parce que nous faisons les choses à moitié, sans oser prendre de risques. En fait nous avons toujours le choix de la direction à prendre.
Mais nous pouvons aussi trouver matière à épanouissement dans tous ce que nous faisons même dans les choses qui nous paraissent les moins valorisantes. Et il est beau de nous contenter de ce que nous avons et d’en remercier le Seigneur.
Laissons notre Seigneur nous guider où il veut car cela sera toujours bon pour nous. Abandonnons nous à son Amour.
En fait ce qu’il faut c’est ne rien attendre, faire simplement les choses avec humilité et nous laisser guider par le Seigneur. Et alors tout ce qui arrivera sera bon. Il faut essayer d’être léger
Il ne faut pas craindre Dieu. Son jugement est plein de miséricorde, il veut simplement notre bonheur. Il est Amour infini.
Faisons ce que nous pouvons, pas après pas et avançons vers Lui. Il est patience infinie.
Je te souhaite plein de courage. Tu es dans mes prières.
Amitié et à bientôt.
Christian

Écrit par : Christian | 04/07/2006

vos interventions Merci de ton intervention, mais elle me fait un peu mal. Tu sais que je suis hypersensible dans tous les sens du terme et je ne suis pas un tiède. Je ne peux ni ne veux me contenter de la médiocrité.
Si je n'ai plus de passion, que me reste-t-il? Tout être humain doit avoir une passion, quelle qu'elle soit. Je ne suis pas un métro-boulot-dodo! De plus, la voix que j'ai est certes le résultat d'un travail assidu et quotidien, mais il y a le timbre unique qui m'est donné par Dieu. Je pense que ce serait pécher que de ne plus chanter, ce serait véritablement mettre la lampe sous le boisseau.
C'est très dur, mais je dois lutter, ne jamais baisser les bras, jamais.
Je te rejoins pour ce que tu dis de l'amour et là, alors que le chant de ma vie où j'essaie de m'engager à fond, pour l'amour, j'ai peur de m'engager, ce qui est propre aux générations d'aujourd'hui. Je verrai ceal si je tombe amoureux ou si on tombe amoureux de moi. Face à la réalité, je réagirai autrement.
Quabnt au fait d'être égoïste en voulant que Dieu réalise mes désirs, je ne sais pas. J'ai au contraire tjs l'impression que je suis loin de réaliser ce qu'il me demande

Cher moimoi: brève réponse, pour dire que comme tout chrétien je crois que le corps et l'esprit sont liés, je ne fais donc pas l'opposition que tu écris. Bien sûr, je n'envisage pas le sexe sans amour (dans l'absolu au moins), car le corps a une mémoire et il garde de trace de toutes les relations qu'il a parfois été obligé de subir, même quand l'esprit n'était pas en adéquation.

Cher José, merci de tes réflexions qui me rappellent que je suis centré sur le Christ à certains moments privilégiés comme à l'eucharistie. Tu mets le mots sur nos imperfections: LIMITES humaines qu'il nous faut en effet accepter, sinon, nous penserions que nous sommes des dieux. Face à mes limites, je crois que Dieu m'appelle sans cesse à les dépasser, grâce au Christ

Écrit par : benoît | 04/07/2006

... Tu peux compter sur ma prière.
Comme le dit si bien saint Jean : " Même si notre coeur nous accuse, Dieu est plus grand que notre coeur."
Alors, s'en remettre totalement à lui, c'est ouvrir en nous un chemin de liberté et de lumière.
En communion.

Écrit par : Ben | 05/07/2006

Jamais en retard! Benoît, je n'ai pris connaissance de ton blogue que ce 5 juillet, mais je suis assuré qu'on n'est jamais en retard dans la prière! Comme je prie tous les jours pour toi, et qu'il n'y a pas de calendrier au ciel, je suis sûr que Dieu a tenu compte de ma prière d'aujourd'hui pour tes rendez-vous d'hier... Tu nous en donneras de brèves nouvelles. Ce n'est pas du narcissisme quand on se confie à des amis! Bon courage!

Écrit par : Olag | 06/07/2006

se livrer ou se donner? l'essentiel est de s'oublier, je pense que c'est une phrase de Bernanos.
Je penserai a toi, Dieu fera ce qu'il voudra, je n'en puis rien savoir a ce sujet.
De mon experience en danse, parfois je sens mon corps lourd, noueux, j'aimerais etre a mille lieux que la pour une classe de danse. et voila l'heure arrive, le prof donne ses premieres consignes, j'ai pas envie, je redoute d'avoir un corps plus douloureux. Et puis progressivement le corps se rechaufe entre l'espace et le temps, entre son centre et les directions. Le corps devient leger progressivement comme une mongolfiere qui se decharge de ce qui est trop lourd. je m'envole aussi, je suis la et plus la, j ai reussi a partir de moi a donner avec mes collegues la meme energie. la classe est finie, je me sens mieux plus tranquile, plus interiorise.

voila ce que je peux toffrir ce soir.
christian

Écrit par : christian | 06/07/2006

Epreuves Je passe par la moi aussi, crois moi, il ne faut pas avoir peur...et même si c'est le cas, rappelles toi qu'Il t'aime.
Le doute c'est quelquechose de naturel et sain, là tu arrives dans une période de choix, il est normal que tu sois déboussolé.
Le truc est d'enfin te donner du temps pour faire les bon choix, plutôt que d'essayer de tout mener de front.

Si t'as envie d'un peu d'air passe me voir :)

Écrit par : Furyo | 07/07/2006

Les amours De mon côté, l'amour a résolu tous les problèmes. Je pensais que l'amour de Dieu me suffirait mais l'expérience m'a démontré que l'amour humain m'a comblé. On se pose souvent trop de questions. On est son pire comme son meilleur ami. On se complique trop souvent la vie. Il faut savoir garder la mesure en tout car le perfectionisme peut s'avérer destructeur. Je suis passé par là. Il faut avant tout s'efforcer d'être soi plutôt qu'un autre... Aimer son prochain comme aimer Dieu nous aide à nous épanouir mais le plus important est de nous aimer nous-même pour mieux aimer les autres mais cela peut prendre du temps. Dieu nous aide à nous dépasser mais Il nous a aussi donner les armes pour nous aimer nous même. Seul toi peut trouver la voie de l'épanouissement personnel. Dieu te montrera le chemin dans la prière comme au travers de tes rencontres. Pour ma part, je ne pense pas qu'un accompagnement psychologique soit indispensable. Cela peut parfois compliquer les choses d'autant que beaucoup de psy ne se comportent avec les gays comme avec les hétéros. Je suis aussi passé par là. Par ailleurs, il existe beaucoup d'ouvrages qui peuvent aussi t'aider comme ceux du Dalai lama qui pour ma part m'ont beaucoup aidé en son temps. Avoir la tête dans le ciel et les pieds sur terre tout est là...

Écrit par : Julien | 07/07/2006

pas d'amour Cher Julien,
C'est vrai que l'amour humain est nécessaire. Il vient de Dieu et va à Dieu. C'est le comm

Écrit par : Benoît | 09/07/2006

suite! c'est le commandement de Jésus. Mais lorqu'il s'agit d'amour particulier pour une personne, cet amour je le désire ardemment, mais je n'ai personne à aimer ni qui m'aime de cette façon...je suppose que je suis clair...
Amitiés

Écrit par : Benoît | 09/07/2006

Autophobie. Parfois nous souffrons de notre propre homophobie. N'est-ce pas un peu ton cas? Ce n'est pas d'un dominicain que tu as besoin ("tu" ne se réfère pas nécessairement à toi comme individu, mais à beaucoup comme toi); mais d'un mec et d'une famille. Les gais s'accomplissent à travers la vie de famille homoparentale.

"Croissez et multipliez-vous!" Le gai chrétien doit croître, c'est à dire avoir une vie de famille, devenir le parent des progénitures des géniteurs irresponsables.

Tu as l'air d'un gamin qui a brisé un vase, et qui continue à se lamenter pendant une semaine, en contemplant les morceaux de verre tous les soirs.

Ne t'attands pas à ce que les autres ne te discriminent. Arrête-toi te de cacher, de t'autodiscriminer, et les autres te respecteront aussi.

Amitiés en Christ,

Georges

Écrit par : Georges | 06/03/2007

Les commentaires sont fermés.